Qu’est-ce que le choc hypoglycémique, hypoglycémie ? Symptômes et ce qu’il faut (ne pas) faire ?

choc hypoglycémique, hypoglycémie

L’hyperglycémie (ou choc hyperglycémique) et l’hypoglycémie (ou choc hypoglycémique) sont deux affections graves provoquées par une glycémie élevée ou faible. Elles sont le plus souvent rencontrées dans le diabète de type I, mais peuvent également se produire dans le type II. Comment se manifestent-ils et que faire si l’on veut apporter des premiers secours efficaces ?

L’hypoglycémie (choc hypoglycémique)

Lorsque le taux de sucre dans le sang tombe en dessous d’un niveau sûr, notre corps cesse de fonctionner correctement et un choc dit hypoglycémique se produit. Cette condition peut avoir fondamentalement trois raisons :

  • un mauvais dosage de l’insuline,
  • une utilisation inconsidérée des médicaments oraux contre le diabète
  • et un régime alimentaire mal ficelé (manger à heures fixes, de préférence des aliments à indice glycémique plutôt bas).

Symptômes du choc hypoglycémique

Au départ, cette affection se manifeste subtilement, mais si le taux de sucre n’est pas équilibré à temps, tout peut conduire au coma et même à la mort. Et quels sont les symptômes à surveiller ?

  • sentiment de faim,
  • faiblesse,
  • difficulté de coordination
  • pâleur,
  • sudation,
  • problèmes d’élocution,
  • manque de réflexion et de mémoire,
  • augmentation du rythme cardiaque,
  • hypertension artérielle,
  • malaise,
  • vomissements,
  • pupilles dilatées,
  • anxiété.

Une personne en hypoglycémie peut donc à première vue ressembler à un ivrogne, mais ce n’est pas le cas. Si un diabétique néglige les premiers signes de troubles, tels que la faim, la faiblesse et la transpiration, il peut très vite arriver à un point où il ne peut plus s’aider lui-même et ne peut donc pas se passer de l’intervention de son entourage.

Que faire en cas de choc glycémique

Dans la première phase, il faut manger des glucides simples et après une heure, mesurer à nouveau sa glycémie. Par exemple, un jus de fruit ou même un sachet de sucre vous aideront. En revanche, le chocolat ou les produits laitiers ne conviennent pas. La graisse contenue dans ces aliments ralentit considérablement l’absorption des glucides.

On peut faire de même si le diabétique est conscient mais ne peut plus se donner la nourriture nécessaire. Les médicaments que tout patient doit avoir sur lui en permanence devraient également aider (dans ce cas, n’ayez pas peur de fouiller ses affaires personnelles). Si, toutefois, le diabétique est au dernier stade d’une crise diabétique et qu’il perd connaissance, il est alors toujours nécessaire de placer le patient dans une position stable et d’appeler une aide médicale

Surcharge en sucre ou choc hyperglycémique

Si, en revanche, le diabétique a une consommation excessive de sucre (ce qui arrive le plus souvent, par exemple, lors de fêtes de famille ou d’autres événements spéciaux), alors l’apport supplémentaire de glucides fera, bien sûr, plus de mal. Et comment reconnaître un choc hyperglycémique ?

Symptômes du choc hyperglycémique

Il y a quelques manifestations typiques qu’il faut garder à l’esprit. Il s’agit notamment de :

  • une peau sèche,
  • une miction fréquente,
  • des troubles de la conscience,
  • une haleine d’acétone (peut être confondue avec l’haleine d’alcool),
  • une déshydratation,
  • des vomissements,
  • une faible pression sanguine
  • et une faiblesse générale très sévère.

Les causes sont similaires à celles du choc hypoglycémique. Cependant, la gestion de cette affection est toujours entre les mains de professionnels, donc toujours appeler les services d’urgence.

nlm.nih.gov

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.